top of page
  • lespandasroux

La spiruline, super-aliment le plus vieux du monde, économique et écologique ?

Dernière mise à jour : 21 juil. 2023

À Saint-Xandre, tout près de La Rochelle (17), une biologiste prénommée Marine a créé sa ferme de spiruline. Un lieu plein d’histoires qu’elle nous a fait visiter et une opportunité de tout savoir sur cette (super) cyanobactérie… qui n’est pas une algue et que Marine produit localement de manière économique et écologique. Rencontre.



Peut-être en avez-vous déjà consommé dans un cocktail ? Ou en salade ? Quoi, directement à la petite cuillère ? Mazette ! Bon, on fait le point sur ce super-aliment qui a le vent en poupe ces dernières années.


Micro organisme ancêtre des plantes et des algues, la spiruline est en fait une cyanobactérie - c’est-à-dire une bactérie de couleur bleue - qui date de 3,5 milliards d’années. À cette époque, les cyanobactéries ont pu transformer le dioxyde de carbone en matière organique grâce à la photosynthèse. C’est ce qui a permis d’enrichir l’atmosphère en oxygène puis de former de l’ozone et ainsi au vivant d’apparaitre dans une forme simple et d’évoluer au fil du temps, jusqu’à aujourd’hui. En gros, c’est grâce à ce micro-organisme qu’animaux, végétaux et humains ont pu se développer.




Les Aztèques en consommaient (et bien d’autres peuples !)


Si les Aztèques (1200 - 1521) consommaient de la spiruline sous forme de fromage, c’est en galette qu’elle est le plus communément mangée par les peuples qui la cultivent depuis des siècles sur les rives du lac Tchad ou encore en Birmanie, en Inde ou en Chine, cette cyanobactérie étant naturellement présente dans les lacs d’eau douce des pays chauds. Comme souvent, c’est tardivement que les européens la découvrent, lors d’expéditions scientifiques au milieu du XXe siècle. Dans les pays défavorisés comme bon nombre en Afrique, elle permet de lutter contre la malnutrition. Dans les pays plus favorisés, elle commence à se faire un nom comme super-aliment.


LE SAVIEZ-VOUS ?

La spiruline doit son nom à la forme de sa molécule… en spirale !





Comment ça se mange ?


« Tout est possible ! C’est un aliment donc vous pouvez en mettre dans vos plats du quotidien. Vous la saupoudrez sur vos salades, vous la réhydratez pour la mettre dans une boisson, ça peut aussi intégrer une sauce vinaigrette ou une sauce au fromage blanc pour tremper des crudités, en tartinade façon pesto ou une sauce pour un poisson… il y a vraiment des milliards de façon de la préparer, il faut laisser sa créativité parler ! », s’enthousiasme Marine. Il faut dire que si la spiruline a un fort pouvoir colorant, en l’occurence bleu (dont on n’a pas vraiment l’habitude en cuisine !), elle n’a pas vraiment de goût et s'associe donc facilement.



« Il est vraisemblable que Popeye mangeait de la spiruline »…

À quoi ça sert de consommer de la spiruline ? On en fait une cure en cas de coup de mou ? C’est pour les sportifs ? Ou un complément alimentaire ? À ces (nombreuses) questions, Marine répond du tac au tac : « C’est pas la potion magique d’Obélix mais il est vraisemblable que Popeye mangeait de la spiruline car il y a plus de fer dans une portion de spiruline que dans les épinards par exemple ! C’est sa composition nutritionnelle qui est vraiment intéressante. Elle est composée de 60 à 70% de protéines, il y a beaucoup de fer, de bêta-carotène - qui est un très bon antioxydant -, on y retrouve toutes les vitamines sauf la vitamine C, des oligo-éléments (calcium, phosphore, magnésium, fer, zinc, cuivre, manganèse, chrome, sodium, potassium, sélénium), des oméga 6, de la chlororphylle avec une enzyme qui permet de détoxiquer, de la phycocyanine qui est anti-inflammatoire et qui permet de renforcer les défenses immunitaires, etc. » N’en jetez plus, l’assiette est pleine ! Vous l’avez compris, c’est un aliment très complet et pour en savoir plus, le mieux est que vous regardiez par vous-même dans le petit tableau récap ci-dessous :


60 à 70%

de protéines contenues dans la spiruline

Au même titre que d’autres aliments présents dans notre quotidien, il n’est pas question de se nourrir uniquement de spiruline. En revanche, ses valeurs nutritives sont intéressantes pour les sportif·ve·s ou pour combler certaines carences comme cela peut être le cas quand on a un régime végétarien. On a testé une petite cure de plusieurs semaines et c’est vrai que cela redonne un coup de fouet et favorise l’état de satiété. Conseil de Marine : commencer avec un gramme le premier jour pour que l’organisme s’habitue et augmenter progressivement la dose jusqu’à 5g maximum par jour. Vous pouvez ainsi en faire une cure de quelques semaines.


IMPORTANT : il y a des contre-indications pour les personnes qui ont trop de fer dans le sang ou celles souffrant de maladie auto-immunes. Pour en savoir plus : https://www.spirulinefrance.fr/dosage-posologie/contre-indications



Comment ça se cultive, la spiruline ?


Biologiste marine tombée dans la spiruline lors d’un séjour dans une ferme spécialisée à Marseille, c’est juste après le Covid que Marine a décidé de se lancer dans la production de spiruline. Mais comment ça marche Jamy ? Hé bien, souvenez-vous, on a dit qu’elle était naturellement présente dans les lacs d’eau douce des pays chauds… Marine a alors reconstitué les conditions de développement de ces lacs dans des grands bassins d’eau douce et alcaline, sous serre. « Il faut une eau entre 20 et 40°C, 37°C comme les humains, c’est son optimum de développement », explique Marine. Eau à laquelle elle rajoute des nutriments, indispensables à la croissance de la cyanobactérie, comme du sel de l’île de Ré. Elle peut ainsi cultiver de mars à octobre - le reste de l’année, la spiruline rentre en dormance du fait des trop faibles températures - et produire plusieurs quintaux de ce petit trésor bleu chaque année.


Et comment on récolte la spiruline ?


Mais vous voulez tout savoir ?!

Ça va finir par ressembler à de l’espionnage artisanal ! Bon, Marine a bien voulu nous dire.

Quand elle a atteint un bon niveau de croissance grâce aux conditions idoines, la spiruline flotte en surface des bassins. Marine pompe alors la « crème » de spiruline et l’envoie ensuite sur des tamis pour qu’elle s’égoutte. L’eau retourne elle dans le bassin. Marine presse ensuite la crème verte récoltée pour en expurger toute l’eau et l’air et obtient de la spiruline fraîche. Qu’on peut consommer en l’état mais qui se conserve seulement 48h au frais (difficile à commercialiser). Marine la fait donc sécher sous forme de spaghettis à température ambiante dans une pièce ventilée. Les spaghettis sont ensuite concassés en paillettes qui sont elles commercialisées dans des sachets hermétiques.



Combien ça coûte la spiruline ?


Chez Marine, c’est 18 € le sachet de 100gr soit l’équivalent de la consommation mensuelle d’une personne qui en fait une cure. Vous pouvez vous la procurer au marché de La Rochelle le samedi matin sur le stand de Marine ou en ligne sur Facebook (et bientôt son site http://spirulinedelarochelle.fr)

Mieux, vous pouvez en acheter directement à la ferme et en profiter pour faire une petite visite (ça vaut le détour !). C’est possible tous les mardis soir de 18h à 19h durant l’été.


Une centaine

C’est de le nombre de productrices et producteurs de spiruline paysanne

en France à date.



Une production économique et écologique…


Marine revendique une production paysanne économique et écologique car elle n’a pas besoin de gros engins gourmands en énergie pour produire sa spiruline. Elle a par ailleurs une consommation en eau annuelle équivalente à celle d’une famille de quatre personnes. Prouesse permise du fait que, une fois remplis, les bassins le sont de nouveau uniquement pour compenser l’évaporation due à la chaleur. C’est aussi une aliment qui permet de produire de la protéine de manière plus écologique que les autres sources - animales ou végétales - de protéines. Il faut moins de surface et (beaucoup) moins d’eau pour produire la même quantité de protéines et leur exploitation est nettement moins émettrice de CO2. Et en plus, chez Marine, les apports en nutriments nécessaires au développement de la spiruline sont d’origine locale. Ce qui lui coûte pour l’instant l’obtention du label bio…



… mais pas (toujours) bio !


« Ça fait 10 ans que la fédération des producteurs de spiruline française essayent d’obtenir le label « bio » mais on nous a classés dans le cahier des charges des algues marines. Sauf que la spiruline n’est ni une algue, ni marine… mais on peut quand même, depuis un an, trouver de la spiruline bio française. Ce n’est pas mon cas car la solution qu’on nous propose pour l’instant vient de l’autre bout du monde et ça ne me convient pas ». Et pour cause, si 90% des apports en nutriments versés dans ses bassins sont certifiés bio, 10% ne le sont pas… mais restent d’origine locale, contrairement aux nutriments bio issus du soja brésiliens proposés à Marine.


Paradoxalement, on peut retrouver de la spiruline bio en France mais une spiruline importée - le plus souvent de Chine et des États-Unis - qui est produite de manière industrielle et arrive, par un savant jeu d’équivalence, avec le label bio en France mais sans respecter le cahier des charges du bio français. Vous nous direz, puisque la spiruline doit s’adapter à un cahier des charges qui ne la concerne pas, on n’est plus à une aberration près…



Il n’y a pas que la spiruline dans la vie (de Marine)

Si c’est de la culture de la cyanobactérie que Marine a choisi de vivre, c’est tout un univers qu’elle essaye de créer sur sa ferme établie au Payaud - « le pays haut » - à Saint-Xandre, d’où l’on peut voir l’océan quand le ciel est dégagé. Cette ferme, un terrain nu quand elle en a fait l’acquisition, elle a décidé d’en faire une mini forêt. Pour protéger sa parcelle du vent mais surtout pour y développer la biodiversité. Accompagnée de la Chambre d’agriculture du département, de la Coopérative carbone de La Rochelle et de copains·ines bénévoles, elle y a alors planté des haies et quelque 1200 arbres dont pas mal de fruitiers. On y retrouve aussi un jardin en permaculture, une butte d’aromatiques et une petite mare.


Vous l’aurez compris, on ne saurait que trop vous recommander d’aller faire vos premières emplettes de spiruline directement sur site !




Objectifs de développement durable de l'ONU en lien :


275 vues0 commentaire

Comments


bottom of page