top of page
  • lespandasroux

Famille et parentalité : une journée pour échanger

Dernière mise à jour : 8 mars

Le 10 février dernier, les associations Le Bocal et Coquille organisaient une journée autour de la thématique « Faire Famille Autrement ». Conférence et tables rondes en présence d’expertes sur les sujets de la parentalité et de l’enfance ont échangé avec un public intergénérationnel dans les locaux de la résidence pour senior Les Jardins d’Arcadie, au Bois-Plage dans l’Île de Ré. Une occasion de poser des questions, de partager ses expériences et ressentis, d’échanger quelques conseils, de créer des liens pour rompre avec une forme d’isolement que la parentalité peut amener et, plus inattendu, de goûter à une cuisine post-partum préparée par une cuisinière-doula. Retour sur une journée riche.





Faire famille autrement. En voilà une thématique intéressante. Mais autrement que quoi ? Et faire famille, ça veut dire quoi ? Et comment s’y prendre dans une société qui évolue à la vitesse de la lumière tant sur les plans technologique, éthique, économique, sociétal… qui demande aux parents et aux enfants d’être toujours plus performants, productifs, omnipotents ? Et dans un monde où les crises s’enchaînent et que le besoin de sens, de ralentissement semble émerger un peu partout, plus encore depuis la crise Covid (pour celles et ceux qui ont la chance de se poser ces questions qui peuvent paraitre triviales à qui a faim par exemple). Autant de questions - et bien d’autres encore - qui ont fusé en ce samedi hivernal ensoleillé. Elles n’ont pas toujours trouvé réponse. Mais l’essentiel n’était pas là.



 

La famille en chiffres


En France, en 2020, 8 millions de familles hébergent au moins un enfant mineur

67% d’entre elles sont des familles dites « traditionnelles » c’est-à-dire un couple avec son/ses enfant(s) (contre 71% en 2011)

24% sont des familles « monoparentales » (contre 20% en 2011)

9% sont des familles recomposées (stable par rapport à 2011)


Source : INSEE

 


Deux associations locales à l’origine de cette journée



Le Bocal, agitateur de lien social


Le Bocal est une association fondée dans l’Île de Ré par Jeanne et Maroussia. Elle a vocation à créer des espaces de vie liés aux parentalités. Ce projet est né d’un constat assez partagé, nous explique Jeanne : « quand on est parent, on ne vit plus de la même manière. On a tendance à s’auto-exclure de la société et on a une vie sociale différente. On a des activités sociales mais souvent pour les enfants et, parent, on s’oublie un peu. Et ce qu’on veut faire avec Le Bocal, c’est penser des espaces pour les parents, qui soient adaptés aux enfants. » L’idée du Bocal est en fait de faire famille autrement et, derrière, de faire société autrement. Avec un objectif : créer un café familial et éducatif où les parents auraient du temps à eux pendant que les enfants, grâce à des infrastructures adaptées, pourraient s’amuser à loisir. Dans ce lieu, des ateliers intergénérationnels « parents-enfants » verraient le jour ainsi qu’une recyclerie autour de la petite enfance afin d’éviter de succomber au piège de l’achat « tout-neuf » dans lequel la facilité, le manque de temps et - il faut l’avouer - la pub nous maintiennent.

En attendant d’ouvrir ce lieu, Le Bocal multiplie l’organisation d’événements intergénérationnels pour créer et conserver des liens et rompre l’isolement.



Coquille


Camille, Marine et Audrey, toutes les trois mères de deux jeunes enfants chacune font le même constat que leurs complices : la parentalité peut créer de l’isolement chez les jeunes (ou moins jeunes) parents. Elles créent alors Coquille il y a un an et, à travers cette association, apportent du contenu et un environnement thérapeutique aux parents en faisant connaître les professionnel·le·s de la petite enfance, de la pédiatrie et de la péri-natalité à travers des rencontres, des ateliers, des événements. L’objectif ? Créer des espaces d’échanges, apporter des conseils, partager ses expériences… Bref, là encore, créer des liens et un « tissu de soutien » pour les parents. Le tout dans un espace qui le permette, « un village » comme le dit Audrey car « ces sujets, c’est pas facile de les aborder dans les espaces de la société comme un café, une sortie d’école »… Ce « village » c’est Le centre Éveil à soi dont les locaux se trouvent juste à côté de la résidence pour senior Les Jardins d’Arcadie qui accueille la journée "Faire Famille Autrement". Notons que les trois mamans de Coquille sont aussi des professionnelles du secteur. Camille est sophrologue et spécialiste de la communication non-violente avec une spécialisation auprès des enfants qui ont des troubles ou handicaps. Marine est consultante dans les troubles du sommeil chez les enfants de 0 à 5 ans. Audrey est ostéopathe, spécialisée en pédiatrie et en péri-natalité et récemment praticienne en psychosomatique. Bref, des dames qui connaissent leur sujet.




Une rencontre entre parents et professionnel·le·s


La journée s’est ouverte sur une conférence dont le thème était « Et si on repensait la place donnée aux enfants ? » en présence de spécialistes de l’enfance allant de la chercheuse en neurosciences et co-fondatrice de L’Étoile des Familles (entre autres) Émilie Billaud à la spécialiste de l’accompagnement des adolescent·e·s et fondatrice d’Ado-Heureux Betty Cordier en passant par la journaliste et autrice de « Choisir d’être mère » Renée Greusard. Avec une pause-déjeuner où nous avons pu tester la cuisine post-partum (oui, les pandas y ont droit, ça n’est pas réservé qu’aux femmes) d’une cuisinière-doula. Au menu ? Un plat chaud, énergisant, avec du bon gras et réconfortant (les clés d’une cuisine post-partum) : risotto d’épeautre au butternut et graines de courges et une salade de fruits de saison avec grenades et sauce coquelicots pour digérer. La journée s’est poursuivie avec des ateliers et des tables rondes thématiques favorisant l’échange avec un public parfois très professionnel puisqu’on a croisé, entre autres, un pédopsychiatre et une directrice de service petite enfance au sein d’une collectivité locale.




Partage, partage, partage…


C’était le mot-objectif de la journée. On l’a dit, de nombreuses questions ont fusé sur les choix éducatifs, de transmission, de modèles de famille, de positionnement par rapport à la société, de lien intergénérationnel, de temps pour soi, de sensation d’isolement… Et si toutes ces questions n’ont pas toujours trouvé réponse, l’objectif était ailleurs comme l’explique Camille : « c’est chouette quand on est parent d’avoir d’autres parents avec qui parler, avec qui échanger sur des expériences de vie et des choses qui sont parfois pas si évidentes à vivre. Quand il y a une oreille, quand il y a de l’écoute en face, ça devient d’un coup plus facile à vivre. À assumer aussi en fonction de ses choix, en matière d’orientation éducative… »







Un public intergénérationnel (et très féminin)


Avec près d’une centaine de participantes et participants âgé·e·s de 4 mois à 85 ans, cette journée fut un beau moment. On constate quand même que, côté intervenantes, il n’y avait que des femmes (bon, pas de quoi renverser la société patriarcale). Quant au public dans la salle, la présence était également très féminine même si quelques papas avaient fait le déplacement. Du côté des enfants, force est de constater que le format conférence et tables rondes n’est pas très adapté à leur participation comme nous le confesse Jeanne, bien qu’ils y étaient évidemment les bienvenus (et on en a vu !), c’est pourquoi un coin ludique et des ateliers (yoga, éveil musical, éveil artistique) leur étaient dédiés. Et gageons qu’en fin de journée, comme nous l’avons fait avant de quitter l’île, parents et enfants se sont retrouvés en famille pour profiter un instant de la sublime plage qui se trouve à quelques mètres des Jardins d’Arcadie.




Bernadette, une rencontre inattendue et touchante


Bernadette est petite-fille de combattant de la Première Guerre Mondiale, fille de résistant et "exilée" dans le sud des États-Unis au milieu des années 1950, dans une région et à une période où la ségrégation raciale faisait rage, jusqu'en 1990... Alors, quand on lui pose la question « ça veut dire quoi faire famille pour vous ? », Bernadette a mille choses à nous raconter. Et c'est un bonheur !







Objectifs de développement durable de l'ONU en lien :




172 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page